Petite introduction aux réseaux IP 

Le minimum à savoir : 

Les machines d'un réseau informatique discutent entre elles en utilisant leurs adresses MAC respectives et non directement leurs adresses IP, via le protocole ARP.

Voici une commande entrée sur une console Windows XP pro :

arp -a

Interface : 192.168.2.1 --- 0xa0003


  Adresse Internet      Adresse physique      Type
  192.168.2.254         00-60-b3-77-8d-09     dynamique

Elle permet de lire la table ARP localement enregistrée sur la machine consultée.
On y trouve toutes nos correspondants du réseau local avec qui nous avons "discuté" (ici, seul présent le routeur Soekris net4521-30 qui fait tourner Bering).

Le routeur wireless dont l'adresse est 192.168.2.254 est en fait une interface PCMCIA à base de chipset Prism 2.5 Intersil dont l'adresse physique MAC est "00-60-b3-77-8d-09".

Les machines présentes sur le réseau se connaissent donc et s'interconnectent ainsi, traduisant l'adresse IP en adresse MAC. Régulièrement, chaque membre du réseau "sonde" son environnement en demandant (en broadcast) à qui appartient chaque adresse IP de son propre réseau. Ce "scanning" ne s'effectue que dans l'ensemble des adresses IP du réseau conformément à son masque.

Si une trame IP est à destination d'une adresse IP hors de la portée du réseau est demandée, elle est alors envoyée à une machine très particulière du réseau : la passerelle, ou "gateway".

Cette gateway fait partie des membres du même réseau (même adresse IP du réseau, même masque). Elle est directement (physiquement) accessible par son adresse MAC et possède au moins une deuxième interface et fait donc partie d'un deuxième réseau.

Soit la machine destinataire fait partie de ce deuxième réseau et la gateway lui transmettra les paquets IP directement de la part de la station source du trafic, soit elle ne fait pas partie du deuxième réseau et la gateway "passera le relais" à son homologue (autre gateway) du deuxième réseau.

Et ainsi de suite, de réseau en réseau, jusqu'à arriver enfin à la station de destination...

Et quand au choix des adresses IP et autres classes et masques de réseaux me direz vous ?

Il existe des adresses IP privées et des adresses IP publiques.
Les adresses privées appartiennent à des réseaux privés non routables, normalement bloquées par les routeurs. Ces réseaux sont déployés dans les entreprises, chez les particuliers, dès qu'ils sont à l'abri derrière un routeur/firewall.
Les adresses publiques appartiennent à des réseaux publics accessibles par l'ensemble du réseau Internet.

Les radioamateurs possèdent un jeu d'adresses IP public de classe A : 44.x.x.x.
La France dispose d'une classe B complète : 44.151.x.x.

Afin de faciliter un routage automatique entre les anciennes adresses utilisées pour du TCP/IP en AX25 qui sont classées par départements, le chiffre "1" est ajouté devant le troisième nombre qui représente le département (à partir de 44.151.99.0/24 il n'y a rien). Il est possible alors de segmenter l'ensemble des adresses de cette fa├žon, suivant des types d'utilisation ou sous-réseaux wireless, etc...

Petit rappel, et pour ceux qui ne connaissent pas : un masque réseau n'est qu'une suite binaire de 1 qui indiquent quelle est la partie de l'adresse IP d'un équipement - en binaire également - qui constitue le jeux d'adresses du réseau, la fin (la suite de 0) indique alors les bits de l'adresse IP qui constituent le numéro d'identification de l'équipement dans ce sous réseau (l'aspirine est en option).

Voyons donc avec mon hypothèse ci-dessus :

 44.151.128.0 devient :  00101100.10010111.10000000.00000000
255.255.128.0 devient :  11111111.11111111.10000000.00000000
                         ___________________^^^^^^^^^^^^^^^^

Si vous superposez ces deux groupes, vous voyez la partie de gauche qui constitue l'identité du réseau, et la partie de droite le numéro du terminal IP (les petits pointeurs). Tout ce qui est dans le même sous-réseau est directement joignable, tout ce qui est hors de ce "scope" se voit aiguiller automatiquement sur la fameuse GATEWAY.

Au fait et à propos des masques suivants :

255.0.0.0     est une classe A =       126 réseaux max = 16 777 214 hôtes par réseau
255.255.0.0   est une classe B =    16 384 réseaux max =     65 534 hôtes par réseau
255.255.255.0 est une classe C = 2 097 152 réseaux max =        254 hôtes par réseau

De la classe du réseau (donc la longueur binaire de son masque) dépend directement le nombre de machines maximum à brancher sur le dit réseau.

Les valeurs "magiques" des octets qui constituent la fin significative du masque d'un sous-réseau de classe C sont :

0      /24 soit en binaire et plus "graphique" : 00000000 =  1 seul réseau      = 254 hôtes par sous-réseau
128 /25 soit en binaire et plus "graphique" : 10000000      INVALIDE
192 /26 soit en binaire et plus "graphique" : 11000000 =  2 sous-réseaux  =  62 hôtes par sous-réseau
224 /27 soit en binaire et plus "graphique" : 11100000 =  6 sous-réseaux  =  30 hôtes par sous-réseau
240 /28 soit en binaire et plus "graphique" : 11110000 = 14 sous-réseaux =  14 hôtes par sous-réseau
248 /29 soit en binaire et plus "graphique" : 11111000 = 30 sous-réseaux =    6 hôtes par sous-réseau
252 /30 soit en binaire et plus "graphique" : 11111100 = 62 sous-réseaux =    2 hôtes par sous-réseau
254 /31 soit en binaire et plus "graphique" : 11111110      INVALIDE
255 /32 soit en binaire et plus "graphique" : 11111111      INVALIDE

Les sections invalides s'expliquent par le fait que la première et la dernière adresse d'un sous-réseau correspondent à des adresses de diffusion (sorte de canaux d'appel général) et ne sont pas attribuables à des machines. De plus, le premier (masque 128) et dernier (masque 254) sous-réseau ne sont pas utilisables car ils ne peuvent pas respecter cette règle.

Désolé d'avoir ennuyé les grosses pointures de l'informatique, mais cela fait une révision des principes fondamentaux parfois oubliés car il est plus facile, pour un humain, de raisonner sur une classe C entière.

Pour les autres, j'espère que cela aura éclairé un peu leur lanterne.

Mes deux centimes.




Retour au Menu précédent

Home

73, de F6HQZ François BERGERET f6hqz-m@hamwlan.net


Dernière modif le : 08/27/06