Asterisk, IPBX Linux GNU/GPL

English

Comment l'installer ?

Il est possible d'installer Asterisk sur de nombreuses plateformes Linux ou Unix. Certaines distributions possèdent des "packages" tout prêts pour une version d'Asterisk malheureusement souvent trop ancienne pour couvrir les besoins d'un radioamateur désireux d'expérimenter la dernière version disponible de ce fabuleux IPBX et de notre application fétiche "app_RPT".

Il convient donc de choisir une distribution correctement maintenue, de préférence GNU/GPL et gratuite, indépendante de tout éditeur commercial, mais possédant toutes les ressources et librairies nécessaires à télécharger Asterisk, le compiler et le debugger si nécessaire.

Après avoir utilisé Debian (toujours la version "testing"), Fedora Core 4 (ainsi que recommandé par Digium), j'ai préféré me tourner vers leur toute nouvelle solution http://www.AsteriksNow.org.

L'image ISO de cette distribution nous propose un logiciel d'installation qui installera non seulement Asterisk mais aussi un OS parfaitement adapté et sans soucis de dépendances rompues, librairies manquantes, fichiers corrompus ou logiciels "malins". Cet OS a été développé pour des "appliances" et est disponible seul sous le nom de "rPath" (http://www.rPath.org).

Vous devrez télécharger l'image ISO ici : http://www.asterisknow.org/downloads

Une fois gravée l'image ISO, bootez la et suivez les instructions pour l'installer sur votre futur serveur Asterisk.

En premier, vous devrez modifier le mot de passe "root" de cette distribution en rebootant avec l'image ISO d'installation, mais en mode "RESCUE" de maintenance et ensuite saisissez en ligne de commande :
#chroot /mnt/sysimage/
#passwd
mettez votre password et rebootez.

Attention, ce n'est que le mot de passe ROOT, pas celui de l'interface WEB ni de l'utilisateur par défaut "admin" ! Si vous vous loggez sous "admin" à la console ou via SSH, vous pourrez toujours basculer sous root via la commande "su".

Vous pourrez aussi accéder à root via la console d'Asterisk (Alt-F9) en tapant le point d'exclamation (!) et revenir à la console d'Asterisk en quittant le shell (exit). Vous pourriez modifier votre mot de passe root par ce biais également.

Si vous souhaitez utiliser un client SSH de type FileZila pour transférer vos fichier de configuration facilement et sous une interface graphique, vous pouvez autoriser une connexion SSH pour l'utilisateur root en modifiant le fichier /etc/ssh/sshd_config en changeant la variable de la ligne "PermitRootLogin" à "yes". Attention, c'est pratique mais moins "secure" ! A ne faire que par moment en en connaissance de cause.

Comme nous allons vouloir recompiler Asterisk au fur et à mesure de son évolution, il va faloir en fait immédiatement télécharger la version adéquate des sources complètes au lieu d'utiliser la version pré-installée sans les sources de l'image ISO.

Sous root et au niveau du répertoire /usr/src/ vous devrez saisir les instructions suivantes :

#cd /usr/src
# svn checkout http://svn.digium.com/svn/asterisk/branches/1.4 asterisk-1.4
# svn checkout http://svn.digium.com/svn/zaptel/branches/1.4 zaptel-1.4
# svn checkout http://svn.digium.com/svn/libpri/branches/1.4 libpri-1.4

Vous obtiendrez les derniers codes sources et synchroniserez votre serveur avec les futures évolutions de cette manière en faisant un "make update" dans chaque répertoire des codes sources et en respectant un ordre de recompilation obligatoire : zaptel, libpri et enfin asterisk.

Pour compiler et installer ces sources, vous allez devoir faire ceci :

# cd /usr/src/zaptel-1.4

Editez le fichier zconfig.h et recherchez la ligne d'optimisation MMX si vous disposez d'un processeur compatible MMX, faites sauter les commentaires et enregistrez votre modification.

# ./configure
# make menuselect

Vous devrez sélectionner les ressources d'Asterisk qui vous seront nécessaires.

# make linux26;make install
# ../libpri-1.4
# make;make install
# ../asterisk-1.4
# ./configure
# make menuselect

Vous devrez encore sélectionner les ressources nécessaires à votre installation, et ne pas oublier l'option "RADIO_RELAX" dans le sous menu "COMPILER FLAGS" qui permet d'élargir la fenêtre de décodage DTMF à quelque chose de moins rigoureux.

# make;make install
# make samples

Cette dernière étape permet de récupérer des fichers de configurations bourrés d'exemples autodidactes. Vous n'aurez plus qu'à surcharger ou commenter les lignes de ces fichiers afin d'obtenir le fonctionnement souhaité.

A suivre...




Retour au Menu précédent

Home

73, de F6HQZ François BERGERET f6hqz-m@hamwlan.net


Dernière modif le : 01/05/07